Sans titre, image vidéo préparatoire, atelier de l'artiste. Photo : Aude Moreau
VERNISSAGE LE MARDI 2 FÉVRIER 2010 À 19 H
Rédigé par l'artiste et critique Marius Tanasescu, un opuscule (disponible en ligne) a été lancé le soir du vernissage.
INVITATION au vernissage (PDF 200 Ko)
NOTICE BIOGRAPHIQUE
CURRICULUM VITAE
PUBLICATION
REPRODUCTIONS
REMERCIEMENTS
Pour son exposition à Plein sud, l'artiste multidisciplinaire Aude Moreau présente une installation qui utilise des images résiduelles issues de la production médiatique. L'exposition met en scène les dispositifs de captation qui ont été adoptés pour obtenir les images, de même qu'elle recrée également certains des contextes dans lesquels les images ont été recueillies. Le visiteur participe à la fois à une exposition vidéo et à une installation artistique.    


Dans un premier dispositif, Aude Moreau a filmé son téléviseur éteint au moment même où se reflètent, dans l'écran de celui-ci, les gestuelles de l'artiste alors occupée à déplacer des objets dans son atelier. Le second dispositif nous présente l'image résiduelle obtenue par la projection sur un mur du reflet de l'écran du téléviseur pendant le visionnement du film catastrophe Le jour d'après (The Day After Tomorrow). L'artiste nous propose ainsi une installation vidéo qui poursuit une réflexion amorcée dans l'œuvre ON/OFF/IN/OUT, présentée à Paris en 2005, dans laquelle elle tentait de reproduire au moyen de divers mécanismes les influx lumineux causés par la vibration des images télévisuelles. Aude Moreau propose donc une exposition dans laquelle elle revient sur un thème familier, soit celui du rapport entre le déferlement d'images médiatiques transmises par la télévision et l'occupation de notre lieu d'habitation.

Les dispositifs mis en place à Plein sud agissent en négation des contenus télévisuels et proposent de substituer l'habitat « réel » à l'habitat « projeté ». Ainsi, que l'écran soit éteint ou allumé, l'œuvre tend à re-territorialiser les espaces privés qui sont dématérialisés par la propagande consumériste. S'inscrivant dans la continuité de son travail topographique des espaces peu productifs (en termes de libre arbitre social), cette installation pose donc un regard critique sur le cadrage normatif qui conditionne notre manière d'habiter le monde.

Cette approche inédite et intrigante met en relief de façon adroite l'intrusion des médias et des images télévisuelles dans nos espaces domestiques. Elle nous invite à réfléchir à cette intrusion et à l'influence des images sur notre perception du réel, ainsi qu'à la façon dont leur diffusion s'approprie notre univers.

Les œuvres d'Aude Moreau prennent des formes diverses — installations, performances, interventions — selon le propos qu'elle choisit de traiter, et elles sont le plus souvent simplement fondées sur l'observation d'expériences vécues dans le quotidien. Par le biais de données topographiques ou cartographiques ou de sondages des activités humaines, et au terme de divers processus d'interprétation, ses observations prennent vie dans des œuvres liées à la façon d'occuper nos territoires. En même temps, elle arrive à formuler dans son travail une critique pointue de l'obsession de notre société pour la productivité.

Communications : Richard Théroux — (450) 679-2966 — rtheroux@plein-sud.org

NOTICE BIOGRAPHIQUE
Originaire de France, Aude Moreau vit et travaille à Montréal. Elle possède des formations en arts visuels obtenues à l'Université de Paris VIII (Vincennes-Saint-Denis) et à l'Université du Québec à Montréal. Ses installations et performances ont été présentées dans plusieurs expositions individuelles et collectives au Québec, en France, au Luxembourg, en Italie, en Suisse et aux États-Unis.
REPRODUCTIONS

Tirer le ciel, 2005
Impacts de balles sur gypse
4,8 x 12 x 6 m

Tapis de sucre 3
Fonderie Darling (Montréal), 2008
Sucre granulé, charbon, pigment alimentaire
0,03 x l,20 x 8 m
Photo : Guy L'Heureux


oeuvre de Aude Moreau   oeuvre de Aude Moreau
REMERCIEMENTS
L'artiste tient à remercier le Centre des arts actuels Skol pour son soutien en prêt d'équipement durant l'élaboration du projet.
À VOIR ÉGALEMENT
Biennale nationale de sculpture contemporaine, Trois-Rivières, du 11 juin au 5 septembre 2010. [www.galeriedartduparc.qc.ca]