Samedi 21 mai
au samedi 25 juin 2016


BIOGRAPHIE
SAMEDIS ARTS-JEUX
REPRODUCTIONS
REMERCIEMENTS
OPUSCULE

Vernissage, jeudi 26 mai à 19 h

Vernissage, lancement d'une publication de Natalie S. Loveless et dévoilement du récipiendaire de la Bourse Pein sud 2016
Participez à l'événement  Facebook

Lauréate de la bourse Plein sud 2015

Communiqué attribution Bourse Plein sud 2015



English below

vignetteL’installation La césarienne et la chute de l'homme est une relecture féministe d’une œuvre de Bartolo di Fredi. Une des nombreuses fresques de l’église collégiale Santa Maria Assunta en Toscane, La Création d'Ève (1356-1367) représente une figure divine qui, de la main droite, offre la bénédiction, alors que de la main gauche, elle guide Ève, figure biblique chrétienne qui, pleinement constituée, émerge du flanc ouvert d’Adam. De toute l’histoire de l’art occidentale, cette œuvre est l'une des rares où la création de la femme est présentée de façon matérielle plutôt qu’allégorique. Cette fresque en tant que tel — et plus spécifiquement l'intervention physique qui y est décrite — est à la base de l’ensemble du nouveau corpus d’œuvres présenté à Plein sud.

Volontairement minimaliste, l’installation de Michelle Lacombe réduit la peinture originale de di Fredi à ses principaux éléments symboliques, permettant d'en compromettre le récit. En reproduisant sur un véritable corps féminin cissexuel (celui de l’artiste) l'entaille qui est visible sur la fresque, l'incision est re-contextualisée et permet ainsi de référencer les premières interventions chirurgicales par césarienne, élargissant d’autant la portée de la lecture initiale de l’œuvre pour traiter simultanément des formes religieuses et médicalisées de la création de la vie. En marquant ainsi le corps féminin des deux formes dominantes d'appropriation institutionnalisée de la reproduction des femmes, le travail de Michelle Lacombe génère également un espace dans lequel peut se manifester une relecture féministe de l'image originale.

Caractérisée par un retour engagé et radical sur le corps subjectif de la femme, La césarienne et la chute de l'homme fait une utilisation stratégique de la modification corporelle pour embrouiller les frontières entre le corps et ses diverses références, soulignant la relation incarnée de l'artiste aux histoires culturelles de la reproduction et de la création.

La césarienne et la chute de l’homme is a feminist reproduction of Bartolo di Fredi’s The Creation of Eve (1356-67). Part of a series of frescos in the Collegiate Church of Santa Maria Assunta in Tuscany, the painting depicts a God-like figure blessing with his right hand while, with the other, he guides the Christian biblical figure of Eve as she emerges, fully grown, from an open gash on the side of Adam’s torso. This painting is one of the few works within the Western canon of art history that represents the creation of woman corporeally rather than allegorically. As such, the fresco— and more specifically the physical intervention depicted in it—informs a new body art work around which the exhibition is built.

Purposefully minimalist, the installation presented at Plein Sud reduces the original painting to its key symbolic elements as a means of compromising its narrative. By reproducing the illustrated gash on a real and cis-gendered female body (the artist’s), the incision is re-contextualized so as to reference early caesarian operations, thus expanding the painting’s original reading to simultaneously address both religious and medicalized forms of life-creation. So, while marking the female body with two dominant forms of institutionalized appropriation of female reproduction, the work also generates a gap in which a feminist re-reading of the original image can occur.

Characterized by a radical and committed return to the subjective female body, La césarienne et la chute de l’homme uses corporeal modification as a strategy to confuse the boundaries between a body and its references, underscoring the artist’s embodied relationship to cultural histories of reproduction and creation.

Légende : Michelle Lacombe, The Bloody Gash, 2016.  Photo : Christian B & Laurence P

Communications : Plein sud — (450) 679-2966 — plein-sud@plein-sud.org


BIOGRAPHIE
BIOGRAPHY

Page Internet / Web site
www.everythingidoordonotdo.blogspot.ca

Michelle Lacombe est lauréate de la Bourse Plein sud 2015, suite à un jury qui s'est réuni le 22 mai 2015, et composé de Bernard Lamarche, conservateur en art actuel du Musée national des beaux-arts du Québec et Anne-Marie St-Jean Aubre, commissaire indépendante.

Artiste multidisciplinaire, Michelle Lacombe a obtenu un baccalauréat en beaux-arts de l'Université Concordia, à Montréal, en 2006. Elle a présenté son travail dans différentes expositions, performances, colloques et résidences au Canada, aux États-Unis, en Allemagne, en Écosse, en France et en Finlande. Elle est par ailleurs coordonnatrice du festival VIVA! Art Action et coordonnatrice d'événements à l'Institut Simone de Beauvoir de Montréal.

Michelle Lacombe (Montreal, QC) has developed a unique body-based practice since obtaining her BFA from Concordia University in 2006. Her work has been shown in Canada, the USA, and Europe in the context of performance events, exhibitions, and colloquiums. Her practice as an artist is paralleled by a strong commitment to supporting the development of critical and alternative models of dissemination for live art and undisciplined practices. She is currently the director of VIVA! Art Action.


REPRODUCTIONS
  • Italics; Underlining for emphasis, 2015
    Exposition/performance (détail)

  • Daily Reproductions of a Reclining Nude, 2012
    Vue de la section installation
    Dimensions variables

  • Of All the Watery Bodies, I've Only Know my Own, 2015
    Eau salée (détail)

oeuvre de Michelle Lacombe

oeuvre de Michelle Lacombe oeuvre de Michelle Lacombe

REMERCIEMENTS
ACKNOWLEDGMENTS

Michelle Lacombe souhaite remercier sa mère, ainsi que Azl Golanski, Jeremy Gordaneer, Christian Bujold, Laurence Poirier, Dr Stephen Nicolaidis, Eveline Lupien et House9 Design pour leur contribution à cette exposition.

The artists would like to thank her mother, as well as Azl Golanski, Jeremy Gordaneer, Christian Bujold, Laurence Poirier, Dr. Stephen Nicolaidis, Eveline Lupien and House9 Design for their contributions to the work.



LES SAMEDIS ARTS-JEUX

Offerts en collaboration avec la Direction de la culture, du loisir et de la vie communautaire de l'arrondissement du Vieux-Longueuil, les Samedis Arts-Jeux permettent aux familles de découvrir l'exposition de l'artiste Michelle Lacombe grâce à un atelier d'arts plastiques. Cette activité est gratuite. Une visite-atelier débute à 14h et la deuxième à 15h tous les samedis de l'exposition, soit les samedis 21 et 28 mai et les samedis 4, 11, 18 et 25 juin 2016.

Bienvenue à tous !